On June 5, 2019, Cardinal Elio Sgreccia, President Emeritus of the Pontifical Academy for Life and an ad honorem member of it, passed away in Rome. Born in Nidastore di Arcevia, in the Marches, on June 6, 1928, he was just about 91 years old. Internationally recognized bioethicist, his academic, pastoral and research activity has been dominated, in a constant coherence, by his concern for the respect and safeguarding of the value and dignity of every human life, and by his testimony of these values and principles.
The last of six children, Cardinal Sgreccia felt called very early by the Lord to His Service. He was ordained priest on June 29, 1952. He was first a spiritual assistant to the young people of Catholic Action, then a vice-rector at the regional seminary where he had studied. After graduating in Classics from the University of Bologna, he was appointed rector of the Pontifical Seminary of the Marches. When in 1973 the Faculty of Medicine and Surgery of the Roman See of the Catholic University of the Sacred Heart decided to strengthen the pastoral service for the community of its teachers and students, the future Cardinal Sgreccia was chosen for this task. In 1985, he became director of the Centre for Bioethics at this University, where he taught (since 1990) as Professor of Bioethics. In April 1992, under his direction, the Centre for Bioethics became the Institute of Bioethics of the Catholic University, of which he was director until 2006

He was appointed in November, 1992 Secretary of the Pontifical Council for the Family. Pope Jean Paul II ordered him bishop on January 6th, 1993. In 1996 he became vice-president of the Pontifical Academy for Life and he dedicated himself  full-time to this new task, while maintaining his function of Director of the Institute of Bioethics. He became, on January 3rd, 2005, president of the Pontifical Academy for Life ( PAV), a position he occupied until 2008. Cardinal Sgreccia gave to the Academy a determining impulse, making it known all over the world. He transformed it into a recognized authority in the international debate and a secure reference to the Magisterium of the Church. Mgr. Sgreccia was created cardinal by Pope Benedict XVI during the consistory of November 20th, 2010.

The prominent place which Cardinal Sgreccia occupied in the field of bioethics and the international audience he received in this regard from Italy and out of Italy comes from the quality of his formation, joined with fine qualities of mind, and an impressive capacity for study and analysis. He received an excellent academic education, in philosophy, literature, and humanities, which he completed later by an intensive medical and biological training. To this, Cardinal Sgreccia joined an eager attention to updating in medical and biological field.

His teaching of bioethics, at a time when this matter, born in the United States, was only reaching Europe, led him to formulate a new epistemological conception of this specific ethics and science, which offered at the same time practical guidelines to doctors and biologists. Departing from the American “bioethics of principles”, too narrow and too linked to a reductive perspective of moral action in the biomedical field,  Cardinal Sgreccia was able to formulate a broader vision of bioethics, more sensitive to values, more comprehensive, and truer to man’s nature and needs, the “personalist bioethics”. He developed it in his fundamental work, the “Manuale di Bioetica”, first published in one volume (1988) and then extended to two volumes (1994). This book  has had four successive editions and many reprints, and has been translated into twelve languages (French, Spanish, Portuguese, English, Russian, Romanian, Bulgarian, Ukrainian, Arabic, and Korean).

It is in this perspective that, in 2003, Cardinal Sgreggia  created the International Federation of Centres and Institutes of Bioethics of Personalistic Inspiration (F.I.B.I.P), of which he became the first president. He started in 2009, with Professor Antonio Tarantino, Ordinary of Philosophy of Law at the University of Lecce, the publication in twelve volumes of the magistral «Enciclopedia di Bioetica e Scienza giuridica» of which he was director. This encyclopaedia represents, by its scope and the volume of the subjects dealt with, a first in Europe.

The solidity of the philosophical and theological-moral implantation of Cardinal Sgreccia’s teaching allowewd his scientific merits to be recognized even in the secular field. Bishop Sgreccia was, in the 1980s, an observer of the Holy See to the Ad Hoc Committee for Bioethics (CAHBI) of the Council of Europe (established in 1985, which in 1992 became the Steering Committee for Bioethics, CBDI). He later became a member of the Study Committees of the Italian Ministry of Health, and from 1990 to 2006 he was an influential member of the National Bioethics Committee of the Italian Republic.

Cardinal Sgreccia brought to Catholic bioethics a rich philosophical and anthropological basis, combined with a perfect scientific knowledge of the issues. His contribution to the culture and pastoral care of human life in the Church and in the world has been essential.

Cardinal Sgreccia served as a wise adviser  for many in the Church, laymen, priests and bishops and  especially for Pope John Paul II and Pope Benedict XVI. He played a decisive role in the development of the Encyclical Evangelium Vitae, and was the inspiration and editor of the Fundamental Document of the Congregation for the Doctrine of the Faith “Instruction on respect for human life in its origin

and on the dignity of procreation, replies to certain questions of the day” (“Donum Vitae”) (1987), followed by the companion document “Instruction Dignitas Personae on certain bioethical questions” (2008).

Cardinal Sgreccia was close to catholic doctors during 45 years, contributing in a fundamental way to their formation. From 1974 till 1984, he was spiritual assistant to the Faculty of Medicine and Surgery of the Catholic University of the Sacred – Heart, a mission which he pursued as Director of the Institute of bioethics ihn this University. In this function he contributed strongly to the spiritual, ethical and scientific formation of numerous doctors and researchers, in particular through courses of post-doctoral training in which participated many young  MDs, scientists and health workers from numerous countries.

I was  alongside Cardinal Sgreccia since the end of 1993, and I had the opportunity to meet him again, unfortunately for the last time  in February of this year, on the occasion of the celebration of XXV ° anniversary of the institution of the Pontifical Academy for Life. It is not mithout some emotion that I write therefore these few lines, in his honor, and to thank him deeply. I was at first at his side as «official» to the Pontifical Council  for the Family, when he was already boishop and Secretary of this Council. In 1994, at the instigation of Mgr. Sgreccia, the Council began a series of meetings, in various countries of sub-Saharan Africa, with the bishops of these countries, on the theme » Family and bioethics «. I recall well these meetings in Ivory Coast, Ghana, Benin, Central African Republic, Congo Brazzaville, Zaire, Nigeria, Tanzania. Whatever was the interlocutor he met, Mgr. Sgreccia struck by his peace, his concern to explain clearly the matters, his patience also in front of all the technical incidents which enamelled these meetings. He respected his interlocutors, whatever they were, never got irritated, soothed the spirits and convinced.

I came back to work again under Cardinal Sgreccia in 2003. He was then President of the Academy for Life, and I joined at this time the Academy.   He had not changed, but I was even more impressed with his analytical and working skills. I saw him help a lot of people, look at the social problems of people who worked under his direction or came into contact with him, and I understood more about his deep humanity, his fondamental goodness  and his rare humility. I understood that in him it was faith that explained everything, his serenity, his efficiency, his energy, his concern for the collaborators, his forgiveness of offenses. I have seen him practice and develop a bioethics at the service of man, at the service of the human person, certainly inspired by the Christian faith, but to which all men of good could agree. I have never heard him say a word of contempt, or condemnation, I have never seen a criticism of anyone on his lips. When he had felt a personal attack, a contradiction, a lack of attention or respect, when he saw an obvious malfunction to which he could not bring  remedy, he kept calm and serene.

It is time to say farewell to Cardinal Sgreccia. With him, it is a pillar of bioethics that is leaving us, a wise and good man,  uncompromising defender of human life. We will miss him. But we have his example, his writings, his testimony. Let us be faithful to him. He will not abandon us now that he rests in the Lord.

Msgr Jacques Suaudeau

Ecclesiastical Assistant FIAMC

…………………………………………………………….

Ce 5 juin 2019 s’est éteint à Rome le cardinal Elio Sgreccia, président émérite de l’Académie pontificale pour la Vie et membre ad honorem de celle-ci. Né à Nidastore di Arcevia, dans les Marches, le 6 juin 1928, il allait juste avoir 91 ans. Bioéthicien internationalement reconnu, son activité académique, pastorale et de recherche a été dominée,  dans une constante cohérence, par son souci du respect et de la sauvegarde de la valeur et de la dignité de toute vie humaine, et par le témoignage qu’il a donné de ces valeurs et de ces principes.

Dernier de six enfants, le cardinal Sgreccia s’est senti très tôt appelé par le Seigneur au Sacerdoce. Ordonné prêtre le 29 juin 1952. il a été d’abord assistant spirituel des jeunes de l’Action catholique, puis vice-recteur au séminaire régional où il avait étudié. Diplômé en lettres classiques de l’université de Bologne, il fut ensuite  nommé recteur du séminaire Pontifical des Marches. Lorsqu’en 1973 la Faculté de médecine et de chirurgie du siège romain de l’Université catholique du Sacré-Cœur décida de renforcer le service pastoral pour la communauté de ses enseignants et étudiants, le futur Cardinal Sgreccia fut choisi pour cette tâche. En 1985, il devint directeur du Centre de bioéthique de cette Université où il enseigna (depuis 1990) comme Professeur ordinaire de bioéthique. Le centre de bioéthique devient sous sa direction, en avril 1992  l’Institut de bioéthique de l’Université Catholique dont il fut le directeur jusqu’en 2006.

Il fut nommé en novembre 1992 Secrétaire du Conseil Pontifical pour la Famille. Le Pape Jean Paul II l’ordonna évêque le 6 janvier 1993. En 1996 il devient vice président de l’Académie Pontificale pour la Vie et se consacra dès lors à temps plein à cette nouvelle tâche, tout en maintenant ses fonctions de Directeur de l’Institut de Bioéthique. Il devint, le 3 janvier 2005,  président de l’Académie Pontificale pour la Vie (PAV), poste qu’il a occupé jusqu’à sa retraite, en 2008. Le Cardinal Sgreccia a donné à l’Académie pour la Vie une impulsion déterminante, la faisant connaître dans le monde entier. Il l’a transformé en un organisme faisant autorité dans le débat international et donnant une référence sûre au magistère de l’Eglise. Mgr Sgreccia a été créé cardinal par le Pape Benoît XVI lors du consistoire du 20 novembre 2010.

La place que s’est créée le Cardinal Sgreccia dans le domaine de la bioéthique et l’écoute qu’il a  de ce fait reçue en Italie et hors d’Italie tiennent à la formation universitaire, humaniste, philosophique et littéraire, qu’il a  reçue, et qu’il a complété ensuite par une formation médicale et biologique intensive. C’est cette conjugaison en une personne d’une étonnante capacité d’analyse et de synthèse philosophique et d’un labeur constant pour connaître à fond, sur le plan technique, les dossiers de bioéthique, qui explique la remarquable capacité qu’il a eue et prouvée dans ce domaine. La caractéristique de Mgr Sgreccia était de ne jamais se laisser aller à des jugements émotionnels ou sentimentaux,  mais de toujours commencer par analyser, de sang froid, la situation, pour en distinguer les différents aspects, prendre connaissance de façon objective des arguments parfois conflictuels qui se développaient à son sujet, et en tirer une synthèse faisant totalement le tour de la question.

Son enseignement de la bioéthique, en un temps où cette matière, née aux États-Unis, gagnait seulement l’Europe, l’a amené à formuler une conception nouvelle de cette science qui était en même temps guide pratique pour les médecins et les biologistes. S’écartant de la « bioéthique des principes » américaine, trop étroite et trop liée à une perspective réductrice de l’agir moral dans le domaine biomédical, Monseigneur Sgreccia a su formuler une vision plus large, plus compréhensive, plus juste aussi de cette matière, la « bioéthique personnaliste ». Il l’a développée de façon approfondie  et avec rigueur scientifique dans son ouvrage fondamental le « Manuale di Bioetica », paru d’abord en un volume (1988), puis étendu à deux volumes (1994). Celui-ci a eu quatre éditions successives et de nombreuses réimpressions, et a été traduit en douze langues (français, espagnol, portugais, anglais, russe, roumain, bulgare, ukrainien, Arabe, et coréen).(« Manuel de Bioéthique », en français).

C’est dans cette perspective que, en 2003, Il a créé la Fédération Internationale des Centres et Instituts de Bioéthique d’inspiration personnaliste  (F.I.B.I.P) dont il est devenu le premier président. Il a démarré en 2009, avec le Professeur Antonio Tarantino, Ordinaire de Philosophie du Droit à l’Université de Lecce, la publication en douze volumes de  la magistrale “Enciclopedia di Bioetica e scienza giuridica » dont il a été le directeur. Cette encyclopédie représente, par son étendue  et le volume des sujets traités, une première en Europe.

La solidité de l’implantation philosophique et théologico-morale de l’enseignement du Cardinal Sgreccia a vite fait ressortir la force et la cohérence de sa pensée, permettant à ses mérites scientifiques d’être reconnus même dans le domaine laïque. Monseigneur Sgreccia fut, dans les années 80,  observateur du Saint-Siège auprès du Comité ad hoc pour la bioéthique (CAHBI) du Conseil de l’Europe (créé en 1985, devenu en 1992  le Comité directeur pour la bioéthique, CBDI). Il fut appelé par la suite à faire partie des Commissions d’étude du Ministère de la Santé Italien et, de 1990 à 2006, il fut un membre influent du Comité National de bioéthique de la République Italienne.

Le Cardinal Sgreccia a apporté à la bioéthique catholique une riche base philosophique et anthropologique, alliée à une parfaite connaissance scientifique des questions. Sa contribution à la culture et à la pastorale de la vie humaine dans l’Eglise et dans le monde a été essentielle.

Penseur estimé, le Cardinal Sgreccia fut le conseiller influent et écouté pour de nombreux évêques et surtout pour le Pape Jean-Paul II et le Pape Benoît XVI. Il joua un rôle déterminant dans l’élaboration de l’Encyclique « Evangelium Vitae », et fut l’inspirateur et le rédacteur du Document fondamental de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi « Instruction sur le respect de la vie humaine naissante et de la dignité de la procréation » (1987), puis du document complémentaire « Instruction Dignitas Personae sur certaines questions de Bioéthique »(2008).

Monseigneur Sgreccia  a été proche des médecins catholiques pendant 45 ans, contribuant de manière fondamentale à leur formation. De 1974 à 1984, il fut assistant spirituel à la Faculté de Médecine et Chirurgie de l’Université Catholique du Sacré-Cœur, une mission qu’il poursuivi comme Directeur du Centre de bioéthique. Dans cette fonction il contribua fortement à la formation spirituelle, éthique et scientifique de nombreux médecins et chercheurs, notamment à travers des cours de perfectionnement post-doctoral auxquels ont participé des jeunes provenant de nombreux pays.

J’ai cotoyé Monseigneur Sgreccia depuis la fin de 1993, et j’ai eu la chance de pouvoir le revoir une dernière fois en février de cette année, à l’occasion de la célébration du XXV° anniversaire de l’institution de l’Académie pour la Vie. Ce n’est donc pas sans émotion que j’écris ces quelques lignes, en son honneur, et pour le remercier. J’ai été d’abord à ses côtés comme « officiel » au Conseil Pontifical pour la Famille, lorsqu’il en était le Secrétaire. En 1994, sous l’impulsion de Mgr Sgreccia, le conseil a commencé une série de rencontres, dans différents pays d’Afrique subsaharienne, avec les évêques de ces pays, sur le thème « famille et bioéthique ». Je me rappelle  ces sessions en Côte d’Ivoire, Ghana, Bénin, République Centre Africaine, Congo Brazzaville, Zaïre, Nigeria, Tanzanie. Quel que soit l’interlocuteur qu’il rencontrait, Mgr Sgreccia frappait par son calme, son souci d’expliquer clairement les choses, sa patience aussi devant tous les incidents techniques qui émaillaient ces rencontres. Il respectait ses interlocuteurs, quels qu’ils soient, ne s’irritait jamais, calmait les esprits… et convainquait. J’ai retrouvé Mgr Sgreccia en 2003, alors qu’il était président de l’Académie pour la Vie, et que je passais moi-même du Conseil de la Famille à cette Académie. Il n’avait pas changé, mais sa capacité d’analyse et de travail m’impressionnèrent encore davantage. Je l’ai vu aider bien des gens, se pencher sur les problèmes sociaux des personnes qui travaillaient sous sa direction ou entraient en contact avec lui, et j’ai alors saisi davantage sa profonde humanité liée à une rare humilité. J’ai compris qu’en lui c’était la foi qui expliquait tout, sa sérénité, son efficacité, son énergie, son souci des collaborateurs, son pardon des offenses. Je l’ai vu pratiquer, développer une bioéthique au service de l’homme, au service de la personne humaine, certainement inspirée par la foi chrétienne mais dans laquelle tous les justes, tous les hommes de bonne volonté pouvaient se retrouver. Je ne lui ai jamais entendu dire une parole de mépris, ou de condamnation, je n’ai jamais vu venir sur ses lèvres une critique à l’égard de quelque personne que ce soit. Quand il avait ressenti une attaque personnelle, une contradiction, un manque d’attention ou de respect,  quand il constatait une évidente malfunction à laquelle il ne pouvait apporter remède, il se taisait, gardant son calme.

Il est temps de dire adieu au Cardinal Sgreccia. C’est effectivement un pilier de la bioéthique qui nous quitte, un sage qui s’en va, un défenseur avisé, clairvoyant et sans compromis de la vie humaine. Il va nous manquer. Mais nous avons son exemple, ses écrits, son témoignage. Tachons de lui être fidèle. Lui ne nous abandonnera pas, dans le Seigneur.

Mgr. Jacques Suaudeau

Assistant FIAMC